Parlons Livres, le forum !
Bonjour et bienvenue sur "Parlons Livres, le forum".
Je vous conseille de vous connecter pour accéder à la totalité du forum.
Bonne visite parmi nous. Smile
P.L.


Partageons notre amour des livres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 NOUVEAU !! Découvrez " Tout ce que je n'ai pas pu te dire... "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rolandhubaut
apprend l'alphabet
avatar

Messages : 9
Localisation : nice

MessageSujet: NOUVEAU !! Découvrez " Tout ce que je n'ai pas pu te dire... "   Mar 6 Aoû - 11:17

L'Auteur a su agrémenter son récit de particularismes régionaux, historiques et faites découvrir bien plus qu'une histoire de vie dans ce récit. L'histoire de vie est elle même assez poignante, servie par une écriture émotionnellement forte et fort bien maîtrisée. Il nous confie, avec une étonnante véracité sa vie et son insatiable quête d'amour ! Son témoignage nous fait plonger au cœur de l'histoire vraie d'un homme aux prises avec ses propres blessures et avec les êtres bien concrets qui parsèment son existence d'obstacles. Le Bonheur dérange et n'est pas à la portée de tous. Il l'apprendra à ses dépends...
Les épreuves que le destin lui a légué l'ont rendu plus fort que d'autres et ont fait de lui le maître de son jeu. Elles lui permettent de survivre, de se battre, de relever la tête !
Il n'aurait jamais pensé pouvoir dompter l'insurmontable. Il a longtemps pensé que les jeux étaient faits. A sa grande surprise il fallait juste qu'il y mette du sien pour que la chance tourne et qu'il profite de chaque instant ... Extrait 1 :
Née en 1931 à Roubaix alors rattaché directement au commandement militaire allemand de Bruxelles, ton enfance, Maman, est bercée par l'occupation et la dictature allemande. C'est la seconde guerre mondiale, le Nord de la France est pillé. Les entreprises sont contraintes de travailler pour l'Allemagne, sous administration allemande. Les souffrances de la population sont énormes...
Extraits 2:
... Mais je m'en fou moi, Maman, de ces statistiques !!!
Mon goût de vivre vient brutalement de me quitter. Je n'arrive plus à sourire. La tristesse m'envahit, pesante, épuisante, déprimante. Pour la première fois de ma vie, moi qui m'évertue tant à braver le destin, j'ai peur ! Je me vois dans l'au-delà.
Crois tu que je ferai un beau mort, Maman ? Ce n'est pas fini cette poisse ? J'en ai marre. Je pleure. La mort est à ma porte, insolente, se moquant de mes désirs. Elle veut emporter mon âme. Le crabe veut me dévorer. Comment faire pour l'ébouillanter ?
Pendant mes heures de travail j'ai l'air normal. Pourtant les trajets travail/maison en voiture sont difficiles. Dans ma tête c'est l'embouteillage. Le pare-brise reste sec mais mes yeux se noient. En solitaire je pleure. Comme si ma vie m'échappait déjà ! Mais je ne le connais pas ce saint Pierre !!!!! Qu'il les garde ses clés !!!!!!!!!!!!
Je veux vivre, c'est ma dernière volonté, je suis bien trop jeune pour mourir. J'aimerai mieux mourir d'amour !
Je ne sais pas si je dois me soigner, Maman. Si je rentre à l'hôpital, il me faut l'assurance d'en sortir vivant et pas diminué par les traitements. Pour l'instant c'est le trou noir !
Désorienté, je décide d'abord de ne pas me soigner. Je privilégie ma qualité de vie au détriment de ma durée de vie. Je décourage les médecins. Eux me désespèrent...
Un professeur de l'hôpital Pasteur à Nice, qui n'aurait aucun mérite à être nommé, culotté, est sans détour : votre qualité de vie je n'en ai rien à foutre, si je vous opère, j'opère large!! C'est ça être proche des patients ? Quel toupet, qu'il aille au diable !
Pourquoi moi, Maman ? Je ne sens rien, je n'ai aucun symptôme... je ne me sens même pas malade !!
Et tous ces gens qui croient me rassurer en disant : « ce n'est rien, c'est un petit cancer, ça se soigne bien ! Ils veulent ma place ? Ce sont eux qui risquent les métastases osseuses liées à ce type de cancer ?
Beaucoup ne me parlent plus, ne me côtoient plus, hormis Eddie mon meilleur collègue de travail et ami. Mon cancer n'est pourtant pas contagieux. Je perds beaucoup de mes amis.
Et la phrase : « tu as bonne mine ! » Quand on a un cancer, ces mots là tuent aussi, Maman !
Psychologiquement, c'est dur, très dur. La dépression est ma compagne de route ! L'idée de la mort m'anéantit.
Comment vais-je pouvoir vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête ? Avec mes craintes, mes insomnies, mes sanglots et mes angoisses ?
Extrait 3:
Je rejoins les forces françaises en Allemagne (FFA) au 10e Régiment du Génie. Le contingent est basé à Vieux Breisach, en terre vinicole. Les Français l'appellent "Vieux Breisach" par opposition à la ville alsacienne de Neuf-Brisach construite par Vauban au XVIIe siècle, sur la rive française du Rhin. Volontaire pour Berlin, j'ai monté la garde et fait des rondes à l'ombre du non moins tristement célèbre « mur de Berlin », connu à l'époque sous le nom de « mur de la honte ».
Le mur est érigé en plein Berlin pendant la nuit du 12 au 13 août 1961. La République démocratique allemande tente ainsi de mettre fin, avec l'appui du pacte de Varsovie, à l'exode croissant de ses habitants vers la République fédérale d'Allemagne. Le Mur, séparant physiquement la ville en « Berlin-Est » et « Berlin-Ouest », est pendant près de trente ans le symbole de la guerre froide et de la partition de l'Allemagne à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. L'affaiblissement de l'Union soviétique, la politique de libéralisation conduite par Gorbatchev, la détermination des Allemands de l'Est qui ont organisé de grandes manifestations, leur permettent, le 9 novembre 1989, de l'abattre.
Pour la surveillance armée, je porte un mouchard en bandoulière. J'ai l'obligation de faire un tour de clé sur cet appareil afin d'enregistrer mes rondes. Les clés sont attachées au bout d'une chaîne, sur des piquets disposés à intervalle régulier le long du mur et du chemin de ronde...
Extrait 4 :
La ville de Roubaix accueille chaque année les plus grands noms du cyclisme.
Elle est connue pour son célèbre vélodrome édifié en 1895, par deux industriels roubaisiens du textile, Théo Vienne et Maurice Pérez. Dans la foulée, ils créent une course cycliste qui relie Paris au vélodrome de Roubaix. Ce projet se réalise avec la collaboration d'un journal de sport.
L'enfer du Nord vient de voir le jour.
Son meilleur gaufrier, rue Daubenton, fabrique la « gaufre Rita » à la vanille de Madagascar et à la cassonade. Comme son concurrent, Meers, rue Esquermoise à Lille, fabrique la gaufre qu'affectionnait particulièrement le Général De Gaulle, dont on a dit qu'il s'en faisait livrer à l'élysée.
Marguerite Yourcenar, l'Agha Khan, Hélène de Russie, le Roi Baudouin (Roi des Belges), adoraient aussi cette très ancienne spécialité nordiste.
Une vieille coutume wallonne est très vivace : « les Allumoirs » Elle célèbre l'arrivée des longues soirées d'hiver. À l'origine, il s'agissait de cortèges d'enfants qui balançaient au bout d'une corde des petits pots de terre, « les cafotins », au fond desquels brûlait du bois de "halot".
Au 20ème siècle, les Allumoirs étaient...
Le livre comporte 230 pages, au format 14,8 x 21 cm. Parlez en à votre libraire.
Contacter l'Auteur : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ou:  http://www.amazon.fr/product-reviews/2746661047/ref=dp_top_cm_cr_acr_txt?ie=UTF8&showViewpoints=1
Revenir en haut Aller en bas
 
NOUVEAU !! Découvrez " Tout ce que je n'ai pas pu te dire... "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon nouveau sac fourre tout: OLYMPUS E-System
» Le mildiou nouveau est arrivé ( tout du moins en Normandie )
» [collection] from Faery: collection de flopi.
» Nouveau mais pas tout neuf
» Tout nouveau mais pas tout neuf !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parlons Livres, le forum ! :: Discussions autour des livres :: Les nouveaux livres parus...-
Sauter vers: