Parlons Livres, le forum !
Bonjour et bienvenue sur "Parlons Livres, le forum".
Je vous conseille de vous connecter pour accéder à la totalité du forum.
Bonne visite parmi nous. Smile
P.L.


Partageons notre amour des livres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  RechercherRechercher  

Partagez | 
 

 [AVIS] Conte pour enfant : Un monde derrière le Tableau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amadeus66
apprend l'alphabet
avatar

Messages : 6

MessageSujet: [AVIS] Conte pour enfant : Un monde derrière le Tableau    Sam 4 Aoû - 12:55

Les lumières commençaient à s’éteindre. Daniel venait de passer l’une des plus belles soirées de son enfance. Flânant encore parmi les stands restants de la fête foraine il en vit un qu’il n’avait jusqu’a là pas remarqué. Un vieil homme seul s’activait pour tout démonter. Apercevant le jeune garçon il se stoppa et ses yeux se remplirent d’espoir.
« Mon garçon, voudrais tu t’approcher ? »
Méfiant, Daniel s’exécuta tous de même.
« Je te propose un marché. Je te montre quelque chose d’extraordinaire en échange d’un service, ça te dit ? »
L’enfant curieux accepta.

*
L’inconnu conduisit le garçon dans sa caravane. L’endroit sentait bon l’encens et Daniel s’y sentit immédiatement à l’aise. Toute méfiance en vers cet homme s’était envolée. Au fond de l’habitation du forain, il vit un tableau recouvert d’un grand morceau de velours noir. Il s’en approchât tandis que l’homme le suivait.
« C’est justement ce que je voulais te montrer. J’en ai fait l’acquisition il y’a des années et mon fils s’y est perdu. » Sans en dire plus il retira le velours laissant apparaitre un magnifique tableau.
« -Perdu ? demanda Daniel perplexe.
- Exactement ! Ce tableau conduit à un monde que tu n’aurais jamais pus imaginer, même dans tes rêves les plus fous. Mais seuls les enfants peuvent y pénétrer. Max, mon fils, y avait ses habitudes, je n’en ai jamais sus plus. Mais un jour il n’en est pas revenu. Voila donc se que je te demande. Voudrais-tu le chercher pour moi ? Il me manque tellement… »
Daniel n’en crut pas ses oreilles. Passant la main sur la toile du tableau il su que l’homme disait vrai. Sa main était comme aspirée par une force invisible. Convaincu, il accepta la mission qui lui avait été confiée et pénétra dans ce nouveau monde qui s’offrait à lui.

*
La première vision le stupéfia. Il se trouvait au milieu d’une grande étendue verte entourée d’arbres rouges et immenses. Il vit au loin une haute colline et décida d’y grimper. Il lui fallut plusieurs heures pour arriver au pied de cette dernière. Une fois sur place, il fut découragé par la hauteur à gravir et décida de s’asseoir un peut avant l’ascension. Quelques secondes plus tard, un oiseau noir vint à sa rencontre.
« - Que fais-tu ici, étranger ? Je ne t’ai jamais vu avant.
- Je viens d’arriver, je suis à la recherche du fils du forain qui m’a fait rentrer ici. Il s’appel Max et il manque beaucoup à son père. Répondit l’enfant.
- Max dis-tu ? Je le connais oui, il est là depuis longtemps mais je doute qu’il puisse rentrer avec toi. Suis-moi, je pense t’être utile pour le retrouver.
- Le chemin est long ? S’inquiéta Daniel.
- Oh oui ! S’exclama le volatile.
- Dans ce cas, laisse-moi dormir et nous partirons demain. »
L’oiseau fut extrêmement surprit mais ne dit rien. « Ces humains sont vraiment fainéants. Pensât-il. ».
*
Ce fut aux premières lueurs de l’aube que l’enfant ouvrit les yeux. Il assista à un spectacle qu’il n’avait jamais vu. Les couleurs présentes à cette heure étaient magnifiques. Son nouvel ami à plumes arriva un peu après son réveil, tenant dans son bec une grappe de fruit inconnue de couleur bleue.
« - Bonjour jeune ami, voila de quoi te remplir la panse avant notre ascension.
- Qu’est ce que c’est ? Demanda Daniel intrigué.
- Des lidocs, c’est vraiment délicieux. Ca se trouve partout dans chaque arbre, tu n’as qu’à lever la tête. »
Le garçon dégusta le fruit nouveau après l’avoir partagé avec l’oiseau et les deux compagnons partirent à l’aventure.

*
Se trouvant en haut de la colline, il regarda autour de lui et comprit vite que la situation se corsait. Une gigantesque étendue d’eau violette lui faisait face et comble de malheur, notre valeureux héros ne savait pas nager. Sentant son désarroi, son ami à plumes se posa sur son épaule.
« - Ne t’en fais pas, j’ai une connaissance qui pourrait nous aider. Il suffit de l’appeler. »
L’oiseau se mit à chanter et Daniel fut subjugué par ce chant magnifique. Il se demanda même comment un son si pur pouvait sortir d’une créature terrestre quelle qu’elle soit. Quelques instants plus tard, le garçon vit passer à la surface, des écailles vertes émeraude, puis une magnifique sirène aux cheveux roux vint se poser en douceur sur la berge.
« -Bonjour l’oiseau ! Cela fait longtemps que je ne t’avais pas vu par ici. Quel bon vent t’amènes ? Tu as besoin de mon aide ?
- Effectivement ! Répondit ce dernier. Mon nouvel ami et moi devons traverser, mais il ne sait pas nager et je ne suis pas assez fort pour l’emmener voler avec moi.
- Je comprends. Il n’y a pas de problème, je vais le prendre avec moi pour traverser.
- Mais comment ? S’enquit l’intéressé. Je ne sais pas respirer sous l’eau et je ne vais pas monter sur ton dos tous de même ? »
La sirène plongeât et ramena un bout de bois creux. Celui-ci fera office de tuba. Ainsi, Daniel dans les bras de la nouvelle venue, les 3 compères traversèrent sans encombre.

*
Une fois sec Daniel proposa de lui rendre n’importe quel service en échange de l’aide précieuse qu’elle lui avait apporté. La sirène réfléchit quelques instants et déclara :
« - Il y’a longtemps que j’aperçois au fond de l’eau un magnifique peigne d’argent. Cependant, je le vois quand je me prélasse sur la berge et lorsque je plonge, il disparait. Serais-tu capable de trouver la solution pour aller chercher ce peigne ? »
L’enfant regarda dans l’eau perplexe et vit effectivement un magnifique peigne d’argent serti de quelques rubis. Après un court moment, il comprit.
« Je ne pense pas que le peigne soit dans l’eau. Il me semble plutôt que ce que nous apercevons n’en est que le reflet et que le peigne se trouve en réalité sur l’arbre qui est là. »
Il avait prononcé cette dernière phrase en désignant un majestueux chêne au feuillage orangé. Pour prouver ses dires, il grimpa agilement à l’arbre et tout fier, il redescendit avec le fameux peigne. La sirène n’en crut pas ses yeux et encensa le jeune garçon.
« Tu es si intelligent, si habille, si gentil, si … »
Elle fut coupée par l’oiseau qui commençait à s’impatienter et qui, il faut le dire, éprouvait une pointe de jalousie.
« Nous devrions y aller. Dois-je rappeler à ce cher Daniel que la route est encore longue et que tout ça n’est pas qu’une promenade de santé ? »
Le garçon acquiesça, sourit à la demoiselle et s’en alla, suivit par le volatile.

*

Alors qu’ils avançaient encore, la nuit commença à tomber. Daniel était épuisé après cette longue journée et il voulut se construire un toit pour la nuit. Voyant qu’il en était incapable il abandonna l’idée et l’oiseau lui trouva quelques secondes plus tard, une grotte pour s’abriter et ce reposer. Daniel y rentra et s’endormit sur un tas de feuilles mortes, l’oiseau nichait dans ses bras. Alors que l’enfant rêvait paisiblement de sa maman qu’il n’avait pas vue depuis ce qui lui semblait une éternité, la grotte tout entière se mit à trembler. L’oiseau eu tellement peur qu’il s’envola en toute hâte et alla se cogner contre la paroi rocheuse. Daniel se leva d’un bond, prit l’oiseau dans ses bras et tous deux allèrent se cacher derrière un gros rocher qui se trouvait là. Le volatile reprit ses esprits et voulut dire quelque chose mais l’enfant le fit taire d’un geste de la main, voyant arriver un géant de près d’une trentaine de mètres. Ce dernier était en rage et s’écriât :
« - Qui à osé pénétrer ainsi chez moi sans mon autorisation ? Je sens bien que quelqu’un était là il y’a peu ! »
L’oiseau tremblait comme une feuille et Daniel dut le calmer, bien qu’il ne soit pas très rassuré non plus. Observant le géant il remarqua un détail et eu une idée. Il s’expliqua auprès de son ami à plume.
« L’oiseau, tu vois cette épine ? Peut être que si on le lui retire, il se calmera.
- Une si grosse créature énervée par une si petite chose ? J’ai du mal à y croire. Répondit l’oiseau.
- Tu sais, dans le monde d’où je viens si je racontais qu’actuellement je suis en train de parler à un oiseau, personne ne me croirait. »
L’oiseau fut vexé mais il comprit l’argument et laissa à Daniel le temps de lui expliquer comment il comptait procéder.
« Voila mon plan : distrais ce géant pendant que je tente de lui enlever cette épine qu’il a dans le pied. Vole-lui devant les yeux, fais tout ce qu’il faut. »
L’oiseau accepta sans dire un mot et il partit face au géant qui tenta de l’attraper à maintes reprises. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, le volatile s’amusait. Il lui tournait au tour, se posait sur la tête du géant, lui passait entre les jambes …. Pendant ce temps, Daniel se concentra et sauta sur le pied du géant s’agrippant à sa cheville. Il prit l’épine des deux mains et réussit à l’extraire. Le géant se stoppa net et le temps fut comme suspendu. L’enfant et l’oiseau se regardèrent puis ils eurent la surprise de voir le géant s’évanouir.

*
Lorsque le géant se réveilla il fut étonné de voir à son chevet cet oiseau minuscule et cet humain pas plus grand que son index. Les deux amis ne trouvaient plus rien d’effrayant à ce grand benêt. Le géant s’assit et les remercia de lui avoir retiré cette épine qui le faisait souffrir tant souffrir. L’oiseau s’exclama :
« Je ne pensais pas que retirer une épine à un géant le ferait tomber dans les pomme !
- Ne l’énerve pas ! Le réprimanda l’enfant.
-Oh ce n’est rien. Lui di le géant, je sais que ça peut sembler bizarre. ».
A présent que cela était réglé, il ne restait que peut de temps avant l’arrivé d’une nouvelle journée, mais ce trio original s’endormit tous de même quelques heures.

*
A leur réveil, l’oiseau et l’enfant furent agréablement surprit de constater que le géant leur avait préparé un copieux petit déjeuner. Alors que tous trois dégustaient leur repas, le géant demanda à Daniel :
« Et que fais-tu avec un oiseau ? Est-ce que je pourrais vous être utile pour vous remercier de votre aide ? »
Le garçon expliqua une énième fois la raison de sa venue et le géant leur expliqua alors la marche à suivre pour aller retrouver Max.

*
Après avoir suivi les indications du géant, les deux compagnons se retrouvèrent devant une haie d’arbre.
« Je ne peux pas continuer avec toi, l’épreuve qui t’attend ne me concerne pas, sache juste que tu touches au but.
- Maintenant ? Mais comment faire ? S’affola l’enfant. Je ne peux plus passer, tu vois bien que cette haie me bouche le chemin.
- Il te suffit d’appeler Merlin et tu comprendras. Lui dit l’oiseau. »
Puis ce dernier s’envola avec un dernier signe pour ce courageux enfant. A présent, Daniel était seul. Il attendit quelques instants puis se décida à appeler ce Merlin. Prononçant son nom à haute voix, il dut attendre avant de voir apparaitre cette créature. Il n’en avait entendu parler que dans les histoires que lui racontait sa mère. C’était un sphinx.
Cette créature avait un corps de lion, une tête d’homme et de magnifiques ailes d’aigle. Bien que ne ressentant aucune animosité provenant de ce nouveau venu, Daniel était tout de même inquiet.
« Que me veux-tu Humain ? Lui demanda le sphinx de sa voix grave
- Je suis ici pour retrouver un dénommé max et je sais que je dois passer par là.
- Pour cela, tu devras répondre à une énigme et je te laisserai passer. La voila : Je peux être rouge, jaune ou verte et je tombe souvent, qui suis-je ?»
Le garçon réfléchit. Au bout de quinze minutes, n’ayant pas trouvé la réponse, il commença à désespérer, lorsqu’une feuille lui tomba sur le nez.
« - Une feuille ! S’exclama l’enfant. La réponse, c’est une feuille ! Elle peut être verte, orange ou rouge selon les saisons et elle tombe en automne ! »
Le sphinx eu un léger sourire et disparut. La hais d’arbre s’écarta devant le jeune héro. Daniel s’engouffra sans hésiter dans ce qui semblait être un labyrinthe et s’aperçut bien vite que le monde plein de couleurs qu’il avait découvert, avait laissé place a un endroit obscur, froid et inquiétant.

*

Daniel commençait à se décourager. Cela faisait maintenant plus de quatre heures qu’il tournait en rond. Il s’arrêta et entendit soudain le bruit de quelque chose se déplaçant sous les feuilles. Baissant les yeux, il vit apparaitre deux yeux jaunes, puis le corps entier d’un serpent noir. Ce dernier lui dit de sa voix sifflante :
« - Bien le bonjour mon enfant, tu m’as l’air perdu. Je connais le chemin pour arriver au milieu du labyrinthe et ainsi retrouver celui que tu cherche.
- Comment savez-vous ce que je cherche ? Lui demanda Daniel.
- Je t’ai entendu parler au vieux sphinx. Je te propose un petit jeu, les deux chemins que tu vois là mènent au but que tu veux atteindre. Prenons chacun un chemin différent et voyons celui qui arrivera le premier. Le gagnant remportera le droit de faire se que bon lui semble de ce cher Max. C’est comme ça qu’il s’appelle n’est ce pas ? Ah, au fait, je te conseille de prendre celui de gauche, il est plus court. »
Etant conscient qu’il n’avait pas le choix, Daniel accepta à contre cœur, mais il prit le chemin inverse à celui indiqué par le serpent. Il sentait qu’il ne pouvait pas lui faire confiance et que si Max tombait entre les crochets du reptile, il lui servirait de repas. L’enfant courut à toutes jambes et fut horrifié de voir que le serpent était déjà là, s’approchant dangereusement du corps inerte de Max reposant sur une stèle en marbre. Voyant un bâton assez pointu sur le sol, il le prit et transperça le reptile avant qu’il n’arrive à son but. Il ne résista pas et rendit son dernier souffle. Soulagé, Daniel s’approcha de Max et tenta de le réveiller en vain, jusqu’à ce qu’un homme vêtu de blanc apparaisse. Sa grande barbe lui arrivait aux chevilles et ses yeux gris brillaient pourtant d’une lueur presque enfantine.
« Bonjour Daniel, je t’attendais. Je suis Liam, le gardien de ses lieux, et voici Max. J’ai créé ce labyrinthe pour le protéger. Max est mon apprenti ainsi que le futur gardien de ce monde et un mage noir voulant s’emparer du pouvoir lui a jeté un sort. Depuis, seul l’Elu peut le délivrer, et cette personne c’est toi jeune homme. Pour cela, il faut que tu le prennes dans tes bras. » Sans en demander plus, Daniel s’exécuta et les deux garçons furent entourés par une lumières éblouissante semblant venir des cieux….

*
Daniel ouvrit les yeux. Sa tête me faisait souffrir, mais il sentit qu’il pouvait à présent se reposer. Il en fut sur lorsqu’il vu Max arriver vers lui :
« Salut mon sauveur ! Nous sommes dans la caravane de mon père, il nous à préparé un bon repas, tu peux te lever ? » Daniel essaya. Le fils du forain voyant que son ami n’y arrivait pas il l’aida et les deux jeunes hommes partirent s’asseoir à table où les attendait le vieux forain, plus heureux que jamais.
Max expliqua à son père ce qu’il faisait habituellement dans le monde derrière le tableau et Daniel raconta au père et au fils tout ce qu’il avait vécu pour en arriver là. Après s’être reposé, l’enfant rentra chez lui au grand soulagement de sa mère. Il fut depuis invité fréquemment chez le forain et son fils. Max, quant à lui, continua ses allers-retours d’un monde à l’autre et devint l’un des plus puissants protecteurs de ce monde derrière le tableau que l’histoire n’ait jamais connu.
Revenir en haut Aller en bas
 
[AVIS] Conte pour enfant : Un monde derrière le Tableau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Trouvé] J'écris mais ne dessine pas ! Conte pour enfant.
» [Audio] Contes pour enfant
» recherche désespérement le titre d'un livre (avis aux bibliothécaires!)
» Badge pour enfant le l'arrivée à l'Hôtel
» un moteur de recherche pour enfant (ou grand...!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parlons Livres, le forum ! :: Du côté des Lucioles... :: Ateliers, concours, jeux...-
Sauter vers: