Parlons Livres, le forum !
Bonjour et bienvenue sur "Parlons Livres, le forum".
Je vous conseille de vous connecter pour accéder à la totalité du forum.
Bonne visite parmi nous. Smile
P.L.


Partageons notre amour des livres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  RechercherRechercher  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 PORTRAIT DU MOIS : Christian Di Scipio (intervenant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Langue Déliée
Admin
avatar

Messages : 512
Localisation : Perpignan

MessageSujet: PORTRAIT DU MOIS : Christian Di Scipio (intervenant)   Sam 7 Avr - 6:26

C'est avec plaisir que je vous propose de découvrir l'auteur qui est venu assister à notre réunion du mois de janvier : M. Christian Di Scipio Smile

Notre auteur de polar a eu la gentillesse de répondre à mes petites questions...

Parlons Livres : DEPUIS QUAND ÉCRIS-TU ?
Christian Di Scipio : J’ai toujours écrit que ce soit dans la presse syndicale du temps où j’étais professeur de lettres et bien sûr dans les journaux où j’ai travaillé d’abord en tant que pigiste dans les années 80 puis en tant que journaliste à temps plein à partir de 1990. Mais je n’ai abordé la forme romanesque que lors de l’écriture de mon premier roman. Auparavant, j’avais fait des essais, mais je trouvais que ça sonnait mal. Il faut dire aussi, qu’après de longues journées de travail en tant que journaliste, j’avais davantage envie de me reposer que de mettre (ou me remettre) à écrire.

P.L. : N’ ECRIS-TU QUE DES ROMANS ?
C.D.S. : Pour l’instant oui, mais je n’écarte pas l’idée d’écrire un essai sur le thème du fait divers en me basant sur une conférence que je viens de concevoir.  Son titre : « Le fait divers du journal au roman ». Je l’ai déjà donnée une fois à St Feliu d’Avall avec un certain succès et je vais récidiver le 11 avril au Barcarès

P.L. : QU'EST CE QUI T'AS DONNÉ LE GOÛT D'ÉCRIRE ? 
C.D.S. : La lecture essentiellement. De plus, étant enfant, j’ai vécu un certain temps loin de mes parents et toutes les semaines j’envoyais une lettre à ma mère pour lui raconter ce que je faisais et comment la vie se déroulait chez mes grands parents. C’est peut-être là que je me suis rendu compte que raconter des choses n’était pas une corvée pour l’enfant que j’étais, mais un vrai plaisir.

P.L. : QUELS SONT TES AUTEURS PRÉFÉRÉS ?
C.D.S. : Comme je suis un lecteur de pas mal de genre de livres, j’ai des préférences très éclectiques. Dans les essais historiques, j’aime les auteurs comme Pierre Miquel, Leroy-Ladury ou Le Goff. Pour les récits historiques rien ne vaut Alexandre Dumas que je lis et relis souvent. J’aime aussi les romans classiques : Stendhal, Maupassant et Flaubert. « L’éducation sentimentale »  est à mes yeux le chef d’œuvre absolu de la littérature. Paradoxalement, depuis que j’écris moi même, je découvre l’étendue du talent de Proust qui n’a pas son pareil pour décrire avec élégance et précision les relations entre les personnages et pour nous faire pénétrer dans  l’intimité leurs débats intérieurs.
J’aime aussi les écrits politiques ou philosophiques avec une mention particulière pour Michel Onfray. Je suis également un lecteur d’ouvrages concernant l’astrophysique (je connais tous les bouquins d’Hubert Reeves que j’ai interviewé à plusieurs reprises). Du côté des polars, les meilleurs pour moi les auteurs de thrillers américains comme Grisham, Connelly, Lieberman, Forsyth  ou Patricia Cornwell. Je m’arrête là parce que je pourrais encore citer les livres d’enquête sur la politique, parler des romans contemporains américains (Tom Wolfe), des ouvrages traitant de l’histoire de villes comme Rome ou Paris, de la science fiction (j’en ai 3 m dans les rayons de ma bibliothèque), etc.

P.L. : QUEL EST LE CONSEIL LE PLUS IMPORTANT QU'ON-T-AI DONNÉ ? 
C.D.S. : Personne ne m’a jamais donné des conseils à proprement parler, mais je suis très attentif aux avis de mon épouse qui est ma première lectrice. Les défauts ou les qualités qu’elle détecte dans ce que j’écris sont souvent fondés, argumentés et profitables.

P.L. : D'OÙ VIENNENT TES IDÉES ? 
C.D.S. : De mon expérience personnelle, des gens que j’ai croisés un peu partout dans les milieux que j’ai fréquentés. Dans de nombreuses régions où j’ai habité et dans certains pays étrangers que je connais assez bien (Allemagne, Canada, Italie). Mais je trouve des idées dans les livres et les journaux. Pour finir j’ai plaisir à imaginer des situations de départ ordinaires qui dégénèrent ou qui se compliquent.

P.L. : PEUX-TU NOUS PARLER DE TON LIVRE "Sang et orri" (ed. Trabucaire) ?
C.D.S. : J’ai eu envie de me poser un défi : écrire un polar à l’américaine avec des actions éclatées, sans utiliser le « je » trop facile dans l’écriture, avec un scénario amenant un fait nouveau toutes les deux ou trois pages. Je voulais aussi que l’histoire soit couronnée par une fin introuvable et une « surfin » étonnante. Je voulais enfin y inclure des portraits d’archétypes de notre société : le politicien de village magouilleur, la directrice d’établissement scolaire incompétente au discours formaté, le journaliste fouineur, etc. Ecrire, en plus d’un simple polar, un petit roman de mœurs amusant par certains de ses aspects. Pour finir, c’est aussi un hymne à la beauté du Pays catalan et pour ce faire, j’ai situé l’action essentiellement dans le Haut Conflent, une région de montagne d’une beauté fulgurante.
Le personnage central, Revelli, est un policier un peu lunaire, qui plane parfois. Il est très différent de Beloy,  le journaliste qui mène l’enquête de son côté. Ce « fait diversier » je l’ai rencontré au cours de ma carrière de journaliste. Comme mon personnage, il connaissait les politiciens, les flics, les voyous, les représentants du monde associatif, les acteurs culturels et économiques : rien ne lui échappait. Ensuite, j’ai créé  des personnages de femmes : une femme brune, grande et très belle qui passe comme un tourbillon de révolte, une jeune stagiaire de la police futée et courageuse, une correspondante de presse dévouée à son journal. Elles sont chacune, à sa manière, des archétypes féminins qui imposent leur personnalité au fil du récit. D’ailleurs, elles n’avaient pas au départ un rôle aussi fort que ce qui apparaît au final dans le récit : ces personnages de femmes ont pris une vie quasiment autonome et une importance grandissante dans l’intrigue quasiment à mon corps défendant. En fait je ne me suis pas tellement défendu : ces personnages de femmes,  j’ai les ai laissé s’imposer et je crois que j’ai eu raison.

P.L. : OÙ PEUT-ON SE LES PROCURER ?
C.D.S. :« Sang et Orri » est disponibles dans les librairies et les maisons de la presse du département. On peut également se le procurer en allant sur le site des éditions Trabucaires ou en passant par des sites de vente en ligne comme Amazon.fr. Il est vendu au prix de 13 euros. On peut aussi me contacter au 06 84 51 64 40.  

P.L. : A QUAND LES PROCHAINES DÉDICACES ? 
C.D.S. : Le 11 avril  au Barcarès à l’issue de la conférence que je donnerai sur place. L’heure et le lieu sont encore à déterminer. Le 21 avril dans le cadre de la Sant Jordi sur le stand des Trabucaires à Perpignan. Le 23 avril, je serai à Prades le matin et à St Nazaire l’après-midi, toujours dans le cadre de la fête du livre de la Sant Jordi.

P.L. : AS-TU DES PROJETS EN COURS ? 
C.D.S. : J’écris actuellement le deuxième tome des enquêtes conjuguées de Revelli et de Beloy. L’action, inspirée d’un fait divers régional récent, se déroule en partie dans le milieu du rugby catalan que je connais bien (j’ai été chef du service des sports de l’Indépendant pendant deux ans) et à Orléans (une ville où j’ai été journaliste un certain temps.
J’ai aussi en projet une saga de mille pages inspirée de l’aventure d’un groupe d’Italiens des Abruzzes, dont faisait partie mon père, qui ont quitté leur  montagne pour s’installer en France à la fin de la guerre et qui sont ensuite partis vers le Canada anglophone.

A très bientôt
P.L.
Revenir en haut Aller en bas
http://langue-deliee.blogspot.fr
 
PORTRAIT DU MOIS : Christian Di Scipio (intervenant)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dessins du mois de janvier 2011
» Disney et bébé de 4 mois
» OSCAR WILDE : Le portrait de D.G., pièces, adaptations, citations...
» Leverage: la nouvelle série de Christian Kane
» Stage photo studio (portrait et photo de mode)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Parlons Livres, le forum ! :: Discussions autour des auteurs :: Portraits de nos intervenants...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: